Niteffect :: memory hole


incessant nibbling, crackling erosion, insidious capillarity, here is the real in its constant and triumphant state, sated of its ridiculous certainties, still and always ready to prove something, follow the rules of a game of dupes. On the turn of an illusory renunciation, suspension for a few hours, a few notes, suspended droplets, no stake, we sometimes meet these perilous voluntary exiles, even if, it should not be seen, simulate, especially not to return, ignore areas of lights, from screaming "full ahead!", and not to return, continue, continue to build these (its) paltry certainties - and sometimes, yet ...

grignotement incessant, crépitante érosion, capillarité insidieuse, voici donc le réel dans son état constant et triomphant, repu de ses dérisoires certitudes, encore et toujours prêt à prouver quelque chose, prêt à suivre les règles d'un jeu de dupes. Au détour d'un illusoire renoncement, d'une mise en suspension de quelques heures, de quelques notes, goutelettes suspendues, sans enjeu, nous les croisons parfois ces périlleux exils volontaires, même s'il ne faudrait pas les apercevoir, simuler, ne surtout pas se retourner, ignorer la part de lumière, partir en hurlant "en avant toute", ne surtout pas se retourner, continuer, continuer à construire ces (ses) dérisoires certitudes - et pourtant, parfois ...

Thierry Massard / 22 avril 2018

soundcloud
niteffect

Bunker Palace :: 8TRAXX



Tout d'abord, il y a ce visuel, mastodonte aux limites incandescentes, happés, fascinés que nous sommes par cette forme monstrueuse, hermétiquement close, impénétrable fascination pour un confort sépulcral en dehors des normes - Le doute et la question s'insinuent au delà de la massive expression d'un confinement entièrement dévolu à une représentation organique, organisée en conséquence. Voilà, nous y sommes, entrons, voulez-vous ? 8TRAXX rend compte d'un constat objectif et scientifique, confrontation mécanique de matières à leur propre surface, auto suffisante, le cadencement concret d'informations certifiées - lumière artificielle / indicible obscurité - Ce Bunker Palace de Patrick Masson (Syphildes) & Gildas Brugaro (SRVTR) est un lieu bien étrange, empli de regards acérés, réflexes nerveux électriquement stimulés, parois de roches en fusion froide - Sensationnel simulacre, 8TRAXX oblige à l'aridité sensorielle, profitant à peine d'une pause caféine, avant de repartir pour votre rapport de visite détaillé d'un labyrinthe dont les repères ont été volontairement effacés. 8TRAXX n'est pas livré avec les règles du jeu - Tant mieux !

First of all, there is this visual, mastodon, incandescent limits, caught, fascinated that we are by this monstrous form, hermetically closed, impenetrable fascination for a sepulchral comfort outside the norms - The doubt and the question creep in beyond the massive expression of a containement entirely devolved to an organic representation, accordingly organized. Here we are, come in, do you ? 8TRAXX reports an objective and scientific observation, mechanical confrontation of materials to their own surface, self sufficient, the concrete timing of certified informations - artificial light / indescribable darkness - This Bunker Palace by Patrick Masson (Sylphides) & Gildas Brugaro (SRVTR) is a very strange place , filled with staring eyes, electrically stimulated nerve reflexes, rock walls in cold fusion - Sensational simulacrum, 8TRAXX forces to sensory aridity, barely taking advantage of a caffeine break, before leaving for your documented visit report of a labyrinth whose markers have been deliberately erased. 8TRAXX does not come with the rules of the game - so much better!

Thierry Massard / 18 avril 2018 - 12:41


hortus conclusus records