aAirial :: wanderings



à la fragile lumière (incandescente) de la belle lurette, nous savions Mahorka, très au delà du bon goût, et nous savons aussi la constance et la très amicale ténacité de son mentor, Ivo Petrov.

Aujourd'hui, nous sommes en France où les toits sont parfois (probablement) enneigés. Des toits prestement fractalisés, mais assurément pas engourdis.
Fort d'un cheminement fidèle à une certaine éthique de la distribution musicale (qu'il en soit félicité), aAirial prolonge son active collaboration avec Mahorka et ainsi, ont décidé ensemble de graver dans le dur une version retravaillée et rehaussée de la 188ème référence du netlabel, à l'occasion de sa première bougie. Les gâteaux (cadeaux) d'anniversaire n'en sont que meilleurs quand ils cessent d'être virtuels.

Ouvrant sur la promesse tenue de nouveaux horizons, wanderings s'engage sur une écriture simple, sans formalisme et, bien loin de l'affligeante virtuosité des médiocres, le charme opère instantanément - insidieuse polygonale sentimentale - Tandis que "where" offre encore la langueur avisée du promeneur perdu dans un paysage objectivement intérieur, la solennité du bien nommé "one point is enough to define a space" marque l'édifice. Nous y sommes, c'est ici que vous attend votre intuition et cet indicible besoin de découverte, encore et toujours. Passé l'interstice "far off", "child of the universe" raconte une histoire, une histoire qu'il vous fera inventer, et c'est là très certainement tout l'enjeu des wanderings, que de nous permettre l'émulsion nonchalante, privilège bilatéral.
Eminemment cinématographique, "au grès des vagues" envisage le plan panoramique mais surtout l'envie de sauter dans les flaques sur la plage en oubliant définitivement la fichue caméra. Etonnamment, l'éponyme "wanderings" pratique l'art du balisage formel, probable espièglerie réservée à celles et ceux qui aiment marcher sur les pelouses interdites. Conjuguant la résiliente sobriété de "memories of memories" et la non moins sobre mais graduellement omniprésence émotionnelle de "a silence ...", aAirial nous invite à la volte-face affective, amusant et singulier écho pour une partie de ping-pong en temps suspendu ?
Mais retour au charme des déambulations sans but, où les conversations sont si souvent empreintes de confidences, "be what you wanna be" trace un délicat thème mélodique, avant que "let go" ne vous rappelle que cette histoire est bien réelle et habilement circonstancielle. Ironie de cette même histoire, l'imperturbable "ksanti" s'achève (déjà?) avec humour mais en suspens. Que faire ? Est-il nécessaire de reprendre nos cadencements illusoires ? Corriger la trajectoire ... le savez-vous ? Une certitude toutefois, les amateurs de GPS n'aimeront pas "postpone", ni d'ailleurs ces wanderings de aAirial, tant pis pour eux ...

Thierry Massard / 28 janvier 2019 - 08:58

wanderings
aAirial

OCP :: 46



Adeptes de l'immobilisme, passez votre chemin !
Aussi énigmatique que puisse être l'intitulé de ces 480 secondes, il convient d'admettre qu'il nous faut moins de 46 dixièmes de seconde pour foncer, tête baissée, dans l'influx tonique proposé par l'homme de Porto - Minimalisme formel de rigueur, oscillations, spectre d'émission sous contrôle absolu de notre opérateur de cabine, 46 est un exercice de pure exaltation de la vitesse, autant dire un pré-requis pour tout amateur du Futurisme.

Fans of immobility, go your own way!
Enigmatic as may be the title of these 480 seconds, it must be admitted that we need less than 46 tenths of a second to go headlong into the tonic impulse offered by the man from Porto - Formal minimalism of rigor, oscillations, emission spectrum under absolute control of our operator of cabin, 46 is an exercise of pure exaltation of speed, that is to say a pre-requisite for any amateur of Futurism.

Thierry Massard / 16 janvier 2019 - 18:14

46
João Ricardo

Alexandre Navarro :: pneuma



Sorti, il y a (à peine) 24 heures, ce nouvel opus du parisien, suscite, avouons-le, un enthousiasme que vous ne tarderez pas à partager, et c'est là le souhait le plus cher de ces quelques lignes
Annoncé par un appétissant trailer routier à l'aune d'une possible référence à un Lynch égaré sur des autoroutes, Pneuma est découpé en 6 séquences à très forte densité sensorielle.
Constat d'évidence, l'infinie et précautionneuse sobriété de l'assemblage invite à une rectitude d'attention décroissante pour tout autre parasitage de la part de votre environnement sonore.
Loin de toute possibilité de béatitude divaguante, le marquage au sol de Pneuma prend très naturellement le contrôle - vertueuse épure.
Laissez-vous aller ! L'atmosphérique route vers la perfection (Geo Lum) n'en est, malheureusement que trop courte, pour que l'on ait envie de reprendre celle-ci, le plus tôt possible - Merci au conducteur !

Released, (just) 24 hours ago, this new opus of the parisian, raises, let's face it, an enthusiasm that you will soon share, and this is the dearest wish of these few lines
Announced by an appetizing road trailer in the light of a possible reference to a lost Lynch on motorways, Pneuma is divided into 6 sequences on very high sensory density.
Finding evidence, the infinite and cautious sobriety of the assembly invites a straightness of attention decreasing for any other interference from your sound environment.
Far from any possibility of divulging bliss, Pneuma's ground marking takes control very naturally - virtuous purity.
Let yourself go! The atmospheric route to perfection (Geo Lum) is unfortunately only too short, so we want to take it back as soon as possible - thanks to the driver!

Thierry Massard / 13 janvier 2019 - 13:38

bandcamp
alexandre navarro

SundB :: lupz n shotz


ami fidèle du fournisseur de pépites dorées, kreislauf, depuis 2009, SundB navigue et vagabonde.
remarquable navigateur et ambulant impénitent, curieux d'investir sans limites / cut-up / les territoires si souvent ritualisés et standardisés sans jamais y succomber - il n'y aura pas de trêve car le balancier ne s'arrête jamais / cut-up / 65 minutes d'un parfait collage ajusté millimétriquement / cut-up / tessitures et registres offensifs en fragile lévitation gravitationnelle. Equilibriste et styliste, SundB a toutes les (bonnes) raisons de fuir les classeurs et les professionnels de l'archivage - Courage ! Fuyons avec lui ...

Loyal friend of the golden nuggets supplier, kreislauf, since 2009, SundB sails and roams.
remarkable navigator and unrepentant itinerant, curious to invest without limits / cut-up / ritualised and so often standardized territories without ever succumbing - there will be no truce because the pendulum never stops / cut-up / 65 minutes of a so perfect and millimetrically tuned collage / cut-up / tessitures and offensive registers in fragile gravitational levitation. Equilibrist and stylist, SundB has all the (good) reasons to run away from the filing cabinets and archiving professionals - Courage! Let's run away with him ...

Thierry Massard / 4 janvier 2019 - 18:07

kreislauf
soundcloud
sonic squirrel