Barely Legal :: wax brain

Une écoute ! Une simple et unique écoute de ces trois tracks, que déjà, vous voici, enthousiaste au point de l'écrire (c'est en cours) ou presque d'entrer dans une ... absolue illégalité où les "supports" y sont assez remarquables et nombreux. Barely Legal, c'est d'abord et avantageusement la rencontre d'Antoine Trauma et Arnaud Chatelard aka Apocalypse Sounds, tous deux acteurs et promoteurs d'une certaine éthique industrielle, sorte de démonstration factuelle de ce que le très regretté G.P.Orridge appelait "l'ingénierie culturelle". L'un (Chatelard) est de ceux qui poursuivent l'affligeant réel environnant pour mieux le pourfendre, pendant que l'autre (Trauma) profite des bienfaits d'une éducation effectuée dans les meilleures écoles, celles de l'expressionnisme allemand, celle du 10 martello str. Hackney ou bien encore celle du 1 Spiegelgasse de Zürich au printemps 1916.
Wax Brain, d'entrée de jeu, un constat, la mise en lumière de la très remarquable qualité de ceux qui se substituent à leur sujet. Ce wax brain est effectivement bicéphale, il est surtout amplement distant d'égos réducteurs, savante émulsion, un déstabilisant cocktail syncopé délicatement (ou moins) posé sur un soundscape métallique, semi-conducteur.
Matière vocale autant que matière verbale mutante, false flag explore mécaniquement les désordres, éructation d'une phraséologie cut-up, une prudente distance d'observation est requise. De cette excroissance de langage difforme, apparaitra bientôt, les lentes circonvolutions d'harmonieux accords distendus.
Influence turgescente probablement assumée, néanmoins générative, et donc nouvelle, time is honey et ses 23 minutes, s'aventure dans la suffocation progressive d'un enfermement, reclusion volontaire ou hikikomori revisité, à vous de subir, car bientôt disparaitront les murs de briques au profit de puissantes barrières neuronales, un asile ami, ou l'on résout "d'odorer la cire et la fade eau ..."*

thierry massard / 10 septembre 2020 - 11:30

* merci Robert Desnos

hamfuggi records

Aucun commentaire:

Publier un commentaire