Nirvana :: nevermind - 30th Anniversary



Souffler les bougies ... ou pas.

Nul besoin de disserter longuement sur un disque pour lequel tout a été dit, écrit, vu, archi-entendu, scanné par la justice, Nevermind et, au delà, son géniteur, le groupe Nirvana, sont et demeurent l'attraction "rock" numéro un, de celles et ceux, qui ont grandis dans les années 90, amateurs novices de musique, dont la vision prospective, s'arrêtera toujours aux seules, têtes de gondole - Les autres, plus aguerris, n'ayant pas à rougir, d'avoir apprécié un produit de la machine à paillettes, parfaitement conforme et certifié comme tel.

Ni meilleur, ou pire qu'un autre, Nevermind n'est, somme toute, qu'un simple disque de punk rock, produit par une Major, aux visées avant tout, logiquement commerciales, comme il en existe tant, l'histoire est bien là, pour en attester.

Reste une énigme, et la cohorte d'un triste constat, celui que l'on peut faire en regardant les performances de cette édition célébrant le trentième anniversaire, en cet été 2022. Immédiatement Numéro un des ventes, dans de très nombreux pays ... Si, d'aventure, l'on pousse l'investigation, on apprend que la deuxième marche du podium de la planche à billets, est tenue par un "Best of" frelaté de ... Queen.

C'est, peut-être, ici que commence une autre histoire. Celle du naufrage d'une époque grise, confinée de conformisme, pétrifiée, aveugle et répulsive à tout instinct ou esprit de nouveauté. Être musicien, de surcroit expérimentateur, en 2022, est bel et bien devenu un oxymore et une sinécure. Nul besoin de re-disserter longuement, le choix est devenu également très simple, assister incrédule à l'enterrement d'une passion dévorante en célébrant un énième anniversaire, ou s'armer du délicieux frisson de courage, réservé uniquement à celles et ceux qui poussent de nouvelles portes - Nous avons choisi.

thierry massard / 27 juillet 2022 - 12:06

blow out the candles ... or not !

No need to dwell at length on an album for which everything has been said, written, seen, overheard, scanned by justice, Nevermind and, beyond that, its parents, the band Nirvana, are and remain the number one "rock" attraction for those who grew up in the 90s, novice music lovers, whose forward-looking vision will always stop at the only ones, supermarket gondola heads - The others, more seasoned, need not be ashamed, to have appreciated a product from the sequin machine, perfectly compliant and certified as such.

Neither better nor worse than another, Nevermind is, after all, just a simple punk rock record, produced by a Major, with aims, above all and, logically commercial, as there are so many, the history is there to prove it.

There remains an enigma, and the cohort of a sad observation, the one that can be made by watching the performances of this edition celebrating the thirtieth anniversary, in this summer of 2022. Immediately Number One sales, in many countries ... If, by chance, we push the investigation, we learn that the second step of the money printing podium, is held by an adulterated "Best of" ... Queen .

This is, perhaps, where another story begins. That of the shipwreck of a gray era, confined to conformism, petrified, blind and repulsive to any instinct or spirit of novelty. Being a musician, moreover an experimenter, in 2022 has indeed become an oxymoron and a sinecure. No need to re-discuss at length, the choice has also become very simple, to attend in disbelief the burial of a devouring passion while celebrating yet another anniversary, or arm yourself with the delicious thrill of courage, reserved only for those who push new doors - We have chosen.