Affichage des articles dont le libellé est Dēofol. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Dēofol. Afficher tous les articles

Dēofol :: IM PALAST

Choisir l'obscurité et fuir l'incandescence variable de 5 à 120 000 lux.
Emprunter le chiaroscuro, long couloir, évidement sinueux, ouvrant sur d'autres paysages, à l'exemple de ce IM PALAST de Peter de Muer, aka Dēofol, artiste encore trop discret, j'allais écrire, encore trop discrètement exposé à la lumière. 
Une possible et prémonitoire fin de cycle pour l'ensemble des fournisseurs de soundscapes - Le chant du cygne pour ceux-ci ?

Aspirateur vers les soubassements, cavité où la géographie est encore spéculative, IM PALAST est aux avant-postes d'une ère mutante (et guerrière) - une fuite en dessous, mais surtout, en attente d'un après, au delà, une très certaine et catégorique impatience ...

thierry massard / février 2022



Choose darkness and escape variable incandescence from 5 to 120,000 lux.
Take the chiaroscuro, a long corridor, obviously winding, opening onto other landscapes, like this IM PALAST by Peter de Muer, aka Dēofol, artist still too discreet, i was going to write, still too discreetly exposed to the light. A possible and prescient end of cycle for all soundscapes suppliers. The swan song ?

Vacuum cleaner towards the foundations, cavity where the geography is still speculative, IM PALAST is at the forefront of a mutant (and warlike) era - a flight below, but above all, waiting for an after, beyond, a very certain impatience ..



Dēofol :: TÅG

 Selon toute logique, et assurément en dehors de celle-ci, vous devriez aimer ces "manifestations auditives d'un esprit noirci, guitare dystopique et sonsc(r)apés électroniques." descriptif assez pertinent du très talentueux Peter de Muer. Dēofol est un musicien assurément comblé, mais qui n'en attendait probablement pas tant, dans un contexte général et son actuel expression, particulièrement propice à la sortie de TÅG

Discographie et conjugaison parfaites des affres et des obscures vicissitudes, TÅG témoigne, à son tour et au travers de son unique morceau, d'une écriture protéiforme, ne sacrifiant à aucune des tentations fortes, et immersives, d'un ambient obscur mais tentaculaire, pas plus qu'au lourd et constant survol d'un drone de (très très) mauvaise augure. Dēofol est un artiste qui se joue des genres musicaux, classificateurs et réducteurs avec la dextérité et la souplesse qui caractérise les aventureux (solitaires) , ce qui n'est, évidemment, pas le cas, ni la tendance, en ce bas monde - Qu'importe. Distants de ce fatras d'archivistes, en carence sensible, nous sommes rapidement au coeur d'un terrible dialogue harmonique, duel manifeste et puissant d'entités sonores qui s'affrontent et se répondent sans discorde. Ascendance et fluctuation féroces, en émulsion constante s'étirantes dans un soundscape aux perspectives, elles-aussi, en élongation cyclique. TÅG, qui signifie "former" en Suède, pourrait également, et aisément, se traduire par une antinomique déliquescence en état actuel d'absolue plénitude.

thierry massard / 8 avril 2021 - 20:06

TÅG

According to all logic, and certainly outside of it, you should like these "auditory manifestations of a blackened mind, dystopian guitar and electronic sounds", a rather pertinent description by the very talented Peter de Muer. Dēofol is a musician who is certainly fulfilled, but who probably didn't expect so much, in a general context and its current expression, particularly "favourable" for the release of TÅG
Discography and perfect conjugation of the afflictions and obscure vicissitudes, TÅG testifies, in its turn and through its unique piece, of a protean writing, not sacrificing to any of the strong and immersive temptations of an obscure but sprawling ambient, nor to the heavy and constant overflight of a (very very) bad omen drone. Dēofol is an artist who plays with musical genres, classifiers and reducers with the dexterity and flexibility that characterises the adventurous (solitary), which is obviously not the case, nor the trend, in this world - Whatever. Distanced from this jumble of archivists, in sensitive deficiency, we are quickly at the heart of a terrible harmonic dialogue, an obvious and powerful duel of sound entities that confront and answer each other without discord. Fierce ascendancy and fluctuation, in constant emulsion, stretching out in a soundscape with perspectives that are also in cyclical elongation. TÅG, which means "to form" in Sweden, could also easily be translated as our antinomic decay in a present state of absolute plenitude.

( a DeepL rough translation )