Affichage des articles dont le libellé est Niteffect. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Niteffect. Afficher tous les articles

Niteffect :: fool's god EP


Sortie physique pressentie sur un label russe, ce nouvel EP du hongrois devait l'être, un dément et sa vision d'un pseudo empire en a décidé autrement, puisque les responsables du label se sont évaporés dans la nature. Nature que nous espérons plus accueillante pour eux que le kremlin-torium. 

Demeure ce fruit de l'été 2022, que nous savourons à pleine dent, à l'instar du brillant "half empty half full", en remerciant chaleureusement,  Niteffect, pour la qualité, jamais démentie, d'une production exemplaire et ô combien essentielle.

thierry massard / 4 aout 2022 - 18:45

◉ Niteffect / nocoVision

Physical release anticipated on a Russian label, this new EP from the Hungarian had to be, a lunatic and his vision of a pseudo empire decided otherwise, since those responsible for the label have evaporated into the nature. A nature that we hope is more welcoming for them than the kremlin-torium. 

Remain this fruit of the summer of 2022, which we savor to the full, like the brilliant "half empty half full", warmly thanking, Niteffect, for the quality, never denied, of an exemplary production and oh so essential.

Niteffect :: memento EP

 

Oui ! Il faudra hurler pour qu'enfin on l'entende ... Si nos précieuses heures sont comptées, c'est à travers les autres que l'on apprend la tyrannie de l'horloge. Le temps n'y fera rien, nous persisterons à hurler ! 

Quand bien même la tristesse, la désolation sentimentale, ce vide persistant qui nous étreint, le gouffre insondable, la vacuité absolue, nous continuons à hurler. 

Chercheurs d'indices, nous vous ignorons, comme on ignore les illusions, les attitudes et les principes de précaution. Ce "memento" parle de lui-même, habité, nourrit d'un vaste, un immense et magnifique espace mental, celui d'un musicien, que nul, sinon les chercheurs d'indices, ne doivent ... ignorer.

thierry massard / 1er juillet 2022 - 00:00

memento EP / bandcamp

Yes ! We will have to scream so that we finally hear it... If our precious hours are numbered, it is through others that we learn the tyranny of the clock. Time will do nothing, we will persist in howling! 

Even though the sadness, the sentimental desolation, this persistent emptiness that grips us, the unfathomable abyss, the absolute emptiness, we continue to howl. 

Seekers of clues, we ignore you, as we ignore illusions, attitudes and precautionary principles. This "memento" speaks for itself, inhabited, nourished by a vast, immense and magnificent mental space, that of a musician, which no one, except the seekers of clues, should ... ignore.

Niteffect :: non​-​existent substances

 

Laconique, Miklos Labady (aka Niteffect) l'a toujours un peu été. Depuis les premières heures fragmentées de 2007, jusqu'à la présente livraison de l'objet de notre attention, celui-ci, n'hésite pas à parler de “My annual therapy" conférant à cette nouvelle production, des vertus curatives que nous allons nous empresser de vérifier. Premier constat, l'artwork, assurément soigné par NLz, met en lumière un remarquable clair-obscur, marque de fabrique d'un musicien réputé pour son art savant d'exalter les atmosphères mélancoliques et notre convoitise de celles-ci. Niteffect, une fois encore, a décidé de dialoguer avec la beauté cachée des choses, invitant l'immatérialité substantielle à enfin prendre forme.

Antidote avérée, passé un apetizer (lo mist) annonciateur de réjouissances non frelatées, les "non-existent substances" cumulent pas moins de X bonnes raisons de croire que l'instant d'après (dead season) est encore en mesure de nous permettre d'imaginer, avec clairvoyance, que le meilleur est à portée d'un simple regard vers la touche "play" d'un lecteur de cassette audio. Crescendo émotionnel (hidden hut) aux arrondis rythmiques puissants, soudainement animées d'une vitalité incandescente (dreams of fire) ces substances évanescentes prennent dès lors une solide accélération (shady trails).

Atteindre le vertigineux, l'axiome angulaire (stellar halo) est désormais atteint. 

Un paysage se dessine, vectoriel, tempo d'une parfaite abstraction modulaire (up the ridge) dont les circonvolutions s'enroulent indéfiniment, projections multiformes, matricielles.

Causalité incidente, fracas d'un retour mémoriel (within the ruins) que démontre, une fois encore, un temps sans mémoire, une absence sans autre conséquente, que celle du 1 + 1 = 2. Nous l'avions (un peu) oublié (sunshine and rain), faut-il le rappeler, lire ces lignes, écouter cette merveille qui se déroule, imaginer ou évoquer encore et toujours, nos propres et merdiques, allégeantes, certitudes pour la énième fois ?

Niteffect est un merveilleux atoll, vous le savez.

thierry massard / 4 décembre 2021 - 22:07

non-existent substances / bandcamp
non-existent substances / kreislauf
nocoVision / Niteffect
discogs


Miklos Labady (alias Niteffect) mindig is egy kicsit lakonikus volt. A 2007-es első töredékes órák óta, egészen a figyelmünk tárgyának jelenlegi átadásáig, nem habozik beszélni az "My annual therapy", amely ezt az új produkciót gyógyító erényekkel ruházza fel, amelyeket sietünk ellenőrizni. Az első megfigyelés, a grafika, amelyről minden bizonnyal NLz gondoskodott, kiemeli a figyelemre méltó chiaroscurot, amely a melankolikus hangulatokat és az ezek iránti vágyunkat felmagasztaló művészetéről ismert zenész védjegye. A Niteffect ismét úgy döntött, hogy párbeszédet folytat a dolgok rejtett szépségével, meghívva a lényegi anyagtalanságot, hogy végre formát öltsön.

A bevált ellenszer, a hamisítatlan örömöt hirdető apetizer (lo mist) után a non-existent substances nem kevesebb, mint X jó okot halmoznak fel arra, hogy elhiggyük, a következő pillanat (dead season) még mindig képes arra, hogy tisztánlátással képzeljük el, hogy a legjobb elérhető közelségben van egy egyszerű pillantással a magnó "play" gombja felé. Érzelmi crescendo (hidden hut) erőteljes ritmikus lekerekítésekkel, hirtelen izzó vitalitással megelevenedve (dreams of fire), ezek az elillanó anyagok szilárd gyorsulást vesznek fel (shady trails).

Elérve a szédületes, a szögtengelyt (stellar halo) most már elérjük. 

Egy táj veszi alakját, vektoriális, tempó egy tökéletes moduláris absztrakció (up the ridge), amelynek tekervényei szél végtelen, multiform vetületek, mátrixok.

Véletlenszerű kauzalitás, egy emlékmű visszatérésének összeomlása (within the ruins), amely ismét egy emlékezet nélküli időt mutat be, egy olyan hiányt, amelynek nincs más következménye, mint az 1 + 1 = 2. Már (kissé) elfelejtettük (sunshine and rain), kell-e emlékeztetni, olvasni ezeket a sorokat, hallgatni ezt a kibontakozó csodát, elképzelni vagy újra és újra felidézni, a saját szaros, enyhítő, bizonyosságainkat, sokadszorra is?

Niteffect egy csodálatos atoll, ezt te is tudod.

( nem ellenőrzött magyar fordítás )

Niteffect :: take your pills


Allusion faite, à peine dissimulée, par l'absolue et non équivoque annonce d'un single intitulé "del fin del mundo" accompagnant cet ouvrage, voici "take your pills"qui  propose une interprétation et, qui sait, une solution (individuelle) prémonitoire au marasme dans lequel nous (humains) sommes embourbés pour autant de temps, à venir, qu'il s'en est déjà passé. 

Fin lecteur d'une actualité funeste, Niteffect y répond sans cynisme mais :

"take your pills"

Puisque personne ne lira jamais ces lignes, on peut  légitimement imaginer que personne n'entendra jamais cette offre impérieuse : Imaginez ! Et si Niteffect était le musicien que nous attendions ?
Voir et traduire en "mots" est devenu, nous le savons, parfaitement illusoire ... 

écoutez donc "the fall of icarus" Dites-moi / Dites-nous / Dites ... écrivez ces sensations jaillissantes, 
ces impressions qui n'appartiennent à personne, des adjectifs puissants, un souffle redoutablement révélateur de toutes nos "failures".
Dansons ! Let's dance sur "theory of well being" ce significatif bâillement ... renonciateur ?
Oublions (wintersun) ? une histoire ... (car ne sommes-nous pas en train d'oublier notre propre histoire ?)
Centrale sera donc la question d'une "destination unknown" ? Niteffect devient intentionnel 
mais les loops ont encore ce spectre hyperbole, conjugaison un peu facile (fourty
Aimerons-nous (et vous) la pertinente souvenance de cette "sweet isolation" ?

...

pas un mot de plus, plus un mot ...

thierry massard / 25 décembre 2020 - 03:23

Niteffect :: nip in the bud

Certains le savent, d'autres un peu moins, écrire à propos de Miklos Labady, c'est ouvrir un coffret.
Un coffret que l'on aimerait pourtant garder rien que pour soi, ne rien dire, se camoufler derrière quelques figures de style hermétiques, ne rien dire, mots anodins, chuchotés, entravés d'un sourire courtois.

13ème album de l'homme de Budapest, "Nip in the bud" fait suite à "The wage of forgetting", étoile incandescente et bilan miraculeux d'une étrange décennie que nous avons passée sur les débris d'un temps où l'espoir était permis, un close-up atomisé en plein vol.

Nourri d'une inaltérable curiosité, Niteffect est également un artiste qui se méfie de la lumière, poursuivant, seul, un ravissant chemin jalonné de bioluminescence.

Largement imprégné d'une nostalgie rêvée au parfum somptueux de matières assez peu recyclables, "Nip in the bud" se savoure néanmoins sans regrets, défilement d'images et de sensations résiduelles. Peut-être, nous arrêterons-nous pour un monochromatic sunset, que déjà le métronome nous invite à rejoindre le grand cirque, quelques gouttes d'un orage et les saveurs d'Osaka au loin. 

Vous le savez déjà, d'autres un peu moins, ouvrir ce coffret, mais ... chut !

///

Some know it, others a little less, write about Miklos Labady is to open a box.
A box that we would however like to keep just for ourselves, say nothing, camouflage ourselves behind a few hermetic style figures, say nothing, harmless words, whispered, hampered with a courteous smile.

Budapest man's 13th album, "Nip in the bud" follows "The wage of forgetting", an incandescent star and miraculous record of a strange decade that we spent on the debris of a time when hope was allowed, an atomized close-up in mid-flight.

Fueled by an unalterable curiosity, Niteffect is also an artist who distrusts light, pursuing, alone, a delightful path marked out by bioluminescence.

Largely imbued with a dreamy nostalgia, a sumptuous fragrance of materials that are not very recyclable, "Nip in the bud" can nevertheless be enjoyed without regrets, scrolling through images and residual sensations. Perhaps, we will stop for a monochromatic sunset, than the metronome already invites us to join the great circus, a few drops of a storm and the flavors of Osaka in the distance.

You already know, others a little less, open this box, but ... hush!

thierry massard / 10 janvier 2020 - 18:10

discogs
theQ::

Niteffect :: the wage of forgetting


3 années après une disparition programmée (vanish) surgit le bandeau rouge de l'addition.
Le prix à payer de l'amnésie est bien là, devant nous, saillant, sans compromis, angle saisissant !
Loin de toute confidentialité en pareille circonstance, de l'élégante et historique discrétion de l'homme de Budapest, ouvrons (enfin) les yeux sur cette pièce devenue maîtresse dans un court instant.
A vous de jouer ! Essayez de resister indéfiniment à "hang in there", essayez donc de ne pas entrevoir l'épaisse sagacité de l'ouvrage à venir, nous sommes encore loin d'en avoir fini.
À l'heure du papier-peint sonore ambiant que constitue souvent l'insipide paysage, autant vous prévenir gentiment, ici, le paracetamol ne sera pas suffisant. Empreinte d'une attentive observation, l'exigence de Niteffect est de celles qui sont faites de retenue, de concision mais aussi le fruit d'intentions assumées, les carapaces d'un Lost boy clairvoyant. Armé de chasse-trapes mélodiques imparables (shut down), Niteffect conduit ce Wage of forgetting sans relâche (lodz) et sans renoncement (memory hole). Regardez bien autour de Niteffect, partout l'honnêteté est de mise (depuis toujours), et les conséquences de cette bienfaisance sont (depuis toujours) récompensées.

thierry massard / 20 fevrier 2019 - 14:32

◉ kreislauf

3 years after a programmed disappearance (vanish) arises the red banner of the addition.
The price to pay for amnesia is there, in front of us, salient, uncompromising, striking angle!
Far from all confidentiality in such circumstances, from the elegant and historic discretion of the man from Budapest, let us finally open our eyes to this piece which has become a master one in a short moment.
It's your turn ! Try to resist indefinitely to "hang in there", so try not to glimpse the sagacity of the work to come, we are still far from the end.
At the time of sonic wallpaper that constitutes the tasteless landscape, we kindly warn you, paracetamol will not be enough. Footprint of a careful observation, the requirement of Niteffect is one of restraint, conciseness but also the fruit of assumed intentions, the carapaces of a clairvoyant Lost boy. Armed with irreversible melodic caltrops (shut down), Niteffect leads this Wage of forgetting relentlessly (lodz) and without renunciation (memory hole). Look around, everywhere with Niteffect, honesty has (since always) been the norm, and the consequences of this beneficence have (since always) been rewarded.

Niteffect :: memory hole


incessant nibbling, crackling erosion, insidious capillarity, here is the real in its constant and triumphant state, sated of its ridiculous certainties, still and always ready to prove something, follow the rules of a game of dupes. On the turn of an illusory renunciation, suspension for a few hours, a few notes, suspended droplets, no stake, we sometimes meet these perilous voluntary exiles, even if, it should not be seen, simulate, especially not to return, ignore areas of lights, from screaming "full ahead!", and not to return, continue, continue to build these (its) paltry certainties - and sometimes, yet ...

grignotement incessant, crépitante érosion, capillarité insidieuse, voici donc le réel dans son état constant et triomphant, repu de ses dérisoires certitudes, encore et toujours prêt à prouver quelque chose, prêt à suivre les règles d'un jeu de dupes. Au détour d'un illusoire renoncement, d'une mise en suspension de quelques heures, de quelques notes, goutelettes suspendues, sans enjeu, nous les croisons parfois ces périlleux exils volontaires, même s'il ne faudrait pas les apercevoir, simuler, ne surtout pas se retourner, ignorer la part de lumière, partir en hurlant "en avant toute", ne surtout pas se retourner, continuer, continuer à construire ces (ses) dérisoires certitudes - et pourtant, parfois ...

Thierry Massard / 22 avril 2018

soundcloud
niteffect

Niteffect :: plug and lay session @ cöxpon


Nous le pressentions déjà et depuis fort longtemps. Comme une sorte de gourmandise, ce premier rendez-vous plug and play d'octobre 2009, à Budapest, nous permet de convenir que Niteffect est un artiste complet, autant inside que désormais, outside.

:: kreislauf / sonic squirrel
:: discogs

© thierry massard / janvier 2010
originally edited through the blog :: noCo...mment
(restored links as far as possible)

Nick Otheen :: live at sirály - budapest


initial and impressive melancholy - joyful in appearance, melancholy with an unstoppable force and toughness - appearance, an elegant wall reflecting the true condition of our small imperfect loosenings - no judgement for the game, Nick Otheen clarifies some of our evidences ... then, suddenly, code is changing, things are going faster, landscape is blurred, oblique, rugged - we belong to a past, we dispose of a future.

:: kreislauf
:: Dreza / live at Sirály - Budapest

© thierry massard / december 2006
originally edited through the blog :: noCo...mment
(restored links as far as possible)

Niteffect :: east meets west - live at netaudio berlin 09



rite initiatique ? conquête d'un dancefloor mutant ? ce premier live set de Niteffect augure, souhaitons-le pour nous autres, public avide de sensations fortes, de nouvelles et multiples perspectives pour le hongrois amateur du brouillage des genres. Artiste à la modestie exemplaire, l'homme n'en est pas moins un formidable catalyseur d'hybridation et ce primo live at netaudio berlin 09 peut résolument nous permettre d'imaginer de nombreuses suites et, plus encore, de rencontres au ... sommet !

:: kreislauf / archive.org

© thierry massard / octobre 2009
originally edited through the blog :: noCo...mment
(restored links as far as possible)

Niteffect :: weak end


take care, take great care friends (and others) - under an official prosaic appareance, the Budapest resident hides its game with the ability of an expert in the art of manipulative details. Niteffect is smart and expands its domination without prior notice - the result is bright and whistled (go on the loose) but it seems to me that I warned you ... take care !

:: bump foot / archive.org
:: discogs

© thierry massard / july 2009
originally edited through the blog :: noCo...mment
(restored links as far as possible)

fractal musik # 04 :: crunchy crunch



According to you, in only 3 previous recording episodes and a forthcoming which smells good crispy chocolate, is it possible to get together (in total) over 220 artists, collectives, groups... also dissimilar, disparate, different, disproportionate, dissonant see divergent with equal demanding jubilation ? Now, just have a look on the edifying fourth edition :: P. Nicolas Ledoux, Frédéric Acquaviva, Art Oriente objet, Pierre Beloüin, Marie Boisgontier, Philippe Boisnard & Michel Giroud, Sophie Boursat, Lucille Calmel, Loïc Connanski, Alain Coulange, Frédéric Danos, Das Dingbât, Dead Sexy Inc, Fred Debief, Carla Demierre, Jean-jacques Dumont & Robin DC, Mohamed Elbaz, Vincent Epplay, Yvan Etienne, Christelle Familiari, David Fenech, Jürgen Fritz, HP Process, Joël Hubaut & Léa Le Bricomte, Rolf Julius, Eddie Ladoire, Bernard Lallemand, Matthieu Laurette, Frédéric Lecomte, Laure Limongi, Ingrid Luley, Nicolas Maigret, lowMax Mar, Joachim Montessuis, Niteffect, Jean-François Pauvros & Charles Pennequin, Phoenelai, Plateau repas, Post Gods, Prexley, Princesse Rotative, Pupusse & Patrack, StAnza, Lucien Suel, Nathalie Talec & Xavier Boussiron, Tsuneko Taniuchi, Team Plastique, Kasper Toeplitz, Ultradig, Roi Vaara, Thierry Weyd or Lefevre Jean Claude ... an Incredible emulsion, improbable snap and fascinating mix of sound creations on very high density, the «Fractal Musik», coordinated by Joel Hubaut and Station Mir, practices the outgoing inventory of participants in speed dating format - 1 minute chrono and basta! Next!... Supersonic trundles don't wait !

:: station mir
<< fractal 04

:: Joel Hubaut
:: myspace
:: the questionnaire

fractal musik # 04

initialized and coordinated by the mixmedia artist Joel Hubaut, the fractal musik project is an impressive mixing crossover of genres and arts. noCo...mment is (proud and) partly involved in the coming new edit of this sonic revue : fractal musik # 04.

3 musicians have been invited to join the project :: Max Marlow, Niteffect and Phoenelai (let's also notice the presence of Fred Debief).

Produced by station-mir, the project counts nonless than 60 participants (musicians, visual artists, writers, poets ...)

this coming new edit of fractal musik will be released on late 08, early 09.

<< fractal musik # 01 :: sati-tati-kaki << fractal musik # 02 :: opérettes d'artistes << fractal musik # 03 :: no-repeat/no-repeat :: Joel Hubaut
:: station-mir

the questionnaire >

:: Joël Hubaut
:: Max Marlow
:: Niteffect
:: Phoenelai
:: Fred Debief

NLz :: 720x120


ninth invited to the serial project 720x120, NLz has currently a triple news :: a recent release for kreislauf netlabel "lost identity", an invitation to the project :: theQuestionnaire, and this great contribution to the first visual noCo project.
 
Köszönöm szépen NLz !

:: 720x120