Affichage des articles dont le libellé est R∞. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est R∞. Afficher tous les articles

R∞ :: NEOZEN

Autant jouer franc jeu, une fois encore, en ces temps si tourmentés, Il va être particulièrement délicat de restreindre les superlatifs. Comment ne pas y entrevoir une hypothétique et fluctuante vérité émergente ? Quand les tortueux sentiments d'une identité dissimulée (R∞) viennent enfin enflammer la rampe d’une scène déserte, en jachère. Une lumineuse incandescence réanimée soudainement. Ainsi donc, les superlatifs ne tarderont pas à jaillir (clear of mind). Nous éprouvons désormais l’ivresse des grands fonds en nous contentant de pseudo-évidences falsifiées par l'actualité des destinées dépressives. Un lourd passé définitivement enseveli, et un nouvel équilibre des forces en présence. Atteindre enfin, l'enviable escalade sensorielle (balance of force) renouer avec une expérience quotidienne, une pépite souriante. "NEOZEN" la saveur, douce ou forte, d'une sortie de tunnel et ce soudain paysage qui s'offre à nos yeux, à moins que nous soyons, à nouveau, en face d'un illusoire souvenir, une réminiscence dont on recherche l'origine en vain (shadow of heart) l'armature quelque peu rigidifiée par la rouille d'une electronica (motion of wave) évanescente et sans douleur. "NEOZEN" est effectivement une réalisation supérieurement indolore car historiquement et raisonnablement sans âge, un acide hyaluronique (center of focus) dont nous abusons et abuserons encore et sans relâche, jusqu'à ce jour prochain, l'inéluctable amnésie d'un lendemain. L'oubli de ceux qui refusent les affres d'une nostalgie devenue trop suave et tiède.

thierry massard / 8 mars 2021 - 19:16

NEOZEN

Once again, in these tormented times, it will be particularly delicate to restrict superlatives. How can we fail to glimpse an emerging hypothetical and fluctuating truth? When the tortuous feelings of a concealed identity (R∞) finally come to ignite the ramp of a deserted, fallow stage. A luminous incandescence suddenly reanimated. Thus, superlatives will soon spring forth (clear of mind). We now feel the drunkenness of the depths, contenting ourselves with pseudo-evidences falsified by the topicality of depressive destinies. A heavy past definitively buried, and a new balance of forces in presence. To finally reach the enviable sensory escalation (balance of force), to reconnect with a daily experience, a smiling nugget. "NEOZEN" the flavour, sweet or strong, of a tunnel exit and this sudden landscape that offers itself to our eyes, unless we are, once again, in front of an illusory memory, a reminiscence whose origin we look for in vain (shadow of heart) the frame somewhat rigidified by the rust of an evanescent and painless electronica (motion of wave). "NEOZEN" is indeed a superiorly painless realisation because historically and reasonably ageless, a hyaluronic acid (centre of focus) of which we abuse and will abuse again and again, until the next day, the inescapable amnesia of the next day. The oblivion of those who refuse the torments of a nostalgia that has become too sweet and lukewarm. 

( a DeepL rough translation )

Merci Szym Lebowski