Affichage des articles dont le libellé est khaoman. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est khaoman. Afficher tous les articles

KHΛOMΛИ :: 0000


Avec pas moins d'une cent-vingtaine de réalisations, disponibles sur la seule plateforme banKcamp, KHΛOMΛИ est un véritable stakhanoviste sonore dont la première qualité est, à n'en pas douter, de préférer les jeux d'ombres aux plaisirs frelatés des feux de la rampe. Acteur éclairé d'une scène laborieuse, puisque post-industrielle, depuis les premières heures des eighties, l'homme chaotique n'en collectionne pas moins des associations fulgurantes, comme le très précieux Shit happens, définition manifeste et fort à propos de l'an de grâce 2020. Mais, précaution oratoire d'usage, du passé nous ne pouvons faire table rase.

Bien décidé, toutefois, à remettre le compteur à 0000, voici 4 tracks de synthèse dont l'homogénéité est beaucoup plus que confondante.

Expressionnisme saisissant, distance réglementaire bienséante, 0222 plante instantanément un décor dont les strates n'ont d'autre choix que celui du couperet aussi acéré que fatal. Ici, aucune mise en perspective n'est admise, les rares tentatives semblent et demeureront inopérantes.

2022, si les trépignements vocaux d'ouverture puissent augurer d'une farandole insouciante, le rappel mécanique est infaillible, l'appel de l'obscurité incertaine et ses affres ont rapidement le pouvoir d'enclore tout espérance - sine die.

2202, cut-up protubérant, crissements et poussières métalliques, broyage des assonances - résiduel !

2220, monstre collagiste, livré sans restrictions, au traitement numérisé d'un flow mental, une excroissance de chair mutante,  dont l'issue nécessite un avertissement final, ces particules ne seront plus jamais élémentaires.

thierry massard / 30 septembre 2021 - 11:24

0000

With no less than one hundred and twenty realisations, available on the only banKcamp platform, KHΛOMΛИ is a real sonic stakhanovist whose first quality is, without a doubt, to prefer shadow games to the adulterated pleasures of the spotlight. Enlightened actor of a laborious scene, as post-industrial, since the first hours of the eighties, the chaotic man does not collect less dazzling associations, like the very precious Shit happens, manifest and very appropriate definition of the year of grace 2020. But, as is customary, we cannot wipe out the past.

Determined, however, to put the counter back to 0000, here are 4 tracks of synthesis whose homogeneity is more than confusing.

Striking expressionism, proper regulatory distance, 0222 instantly sets a scene whose strata have no other choice than the sharp and fatal cutter. Here, no perspective is allowed, the rare attempts seem and will remain inoperative.

2022, if the vocals stampings of the opening can augur a carefree farandole, the mechanical recall is infallible, the call of the uncertain darkness and its afflictions quickly have the power to enclose any hope - sine die.

2202, protruding cut-up, metallic crunching and dusting, crushing of assonances - residual!

2220, monster, collagist delivered without restrictions, to the digitised treatment of a mental flow, an excrescence of mutant flesh, whose outcome requires a final warning, these particles will never again be elementary.

Translated with www.DeepL.com/Translator