Marco Ferrazza :: unim


Dans sa présentation, il est dit que nous sommes très probablement face à une "non-hierarchical and hybrid cultural exposure ..." mais ne nous attardons pas sur l'intéressante perspective d'une classification numérique aléatoire et pourtant digne d'investigation.

Dans cette même présentation, il est également fait mention de "sonorous bodies",
cette fois, plus aucun doute n'est permis.

Curiosité et espièglerie volontaire de notre part ...
Ouvrons donc notre écoute par la piste n°3, (logiquement) intitulée "unim.1" afin de palper la non abstraction de ces "corps sonores" - remarquable démonstration - Nul besoin de chercher vainement, les énièmes capacités de solidification de cet air, les 4 minutes et 22 secondes de "unim.2" forment une preuve définitive et inattaquable, ces "corps" sont, non seulement, "sonores" mais la concrète structure (unim.3) d'une architecture oscillatoire bien réelle. Paisible mutation (unim.4), linéarité fragmentée et hétérogène (unim.5) ou possible évocation d'un passéisme filaire au cryptage ionisant (unim.6), cette réalisation de Marco Ferrazza ne parvient à son terme (unim.7) que par la seule entrave manifeste de ces corpus volontaires.
Né d'un désir peut-être illusoire, cet unim. est une très tangible réussite.

thierry massard / 13 juin 2020 - 13:12

plus timbre
Marco Ferrazza